Le Festival Blues en Chenin
Home

Le Chenin

L'association s'appelle « BLUES EN CHENIN ».

Le  Chenin  est le cépage qui est à l'origine des Coteaux du Layon, vins moelleux qu'élabore la cinquantaine de viticulteurs de la commune de St Lambert du Lattay.

Les Coteaux du Layon sont récoltés tardivement, par tris successifs de raisins. Sous l'effet de la pourriture noble, on obtient des blancs liquoreux de grande garde et d'une richesse aromatique.

Présentation du Chenin, un des cépages blancs les plus complexes au Monde.

Grappe de raisinCe cépage serait-il le blanc universel ?
En France il produit des liquoreux, des moelleux, des secs et toute la gamme des effervescents. En Afrique du Sud c'est la panacée : on l'utilise pour le « Xérès », le « Porto » voire le « Cognac » de fabrication locale !
Il est prophète en son pays. Dès qu'il n'est plus chez lui, il boude, il « fait la gueule » il change du tout au tout. A Vouvray, à Savennières et dans le Val du Layon il est d'un bouquet éclatant -fleur d'oranger, caramel, encens, fruits secs, agrumes, miel, pommes, abricot, coing, pamplemousse...-à "l'Estranger" il se dénature, s'anémie, oscille souvent entre le melon pas mûr et la courge verte !

On le trouve dés le IXème siècle à l'abbaye de Glanfeuil et au XVème à Mont-Chenin d'où son nom. De caractère mordant il est acide, très nerveux et tardif. Les vendanges d'octobre-novembre sont un classique à Clos Baudoin à Vouvray ou au château de Fesle à Bonnezeaux. Son nez particulier intrigue, sa palette est diverse mais mémorisable. La complexité d'une Coulée de Serrant n'a rien à envier à nos grands crus de Graves : c'est un seigneur mais dans une autre cour.

Jeune il est plus floral que fruité, sa nervosité peut masquer sa douceur. N'étant pas pressé il s'exprime au bout de 5 à 10 ans. Après quelques décennies, que de belles surprises ! Ah ! Les Moulins de Touchais : cinquantenaires, voire centenaires (allez-y : 1.000.000 de bouteilles en stock). A l'inverse en Californie ou au Cap sa décrépitude est rapide : de 15 à 50 hl/ha en val de Loire, à 120-150 hl/ha là-bas.

Calcaires, schistes et roches volcaniques ici, sols riches ou irrigués là-bas. Ceci explique sûrement cela. Victime de la mode, il recule devant les cépages rouges et la « Sauvignonite aiguë ».

Ce diable de cépage est franc du collier : quand il est de noble origine, il vous le dira et vous ne ferez pas de grands efforts pour le découvrir. Raté, il affichera son incurie : un chenin qui « chenasse » c'est déplorable. Réussi c'est mémorable et inoubliable... par caisse de douze dans une bonne cave.

Par Alain Lyphout, oenologue

 
Copyright © 2017 Blues en chenin. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.